Se lancer pour la première fois dans le zéro déchet

« Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ».

Même si tout le monde adoptait un mode de vie minimaliste, cela ne nous empêcherait pas de produire des déchets.

Aussi, je préfère plutôt parler de « réduction de déchets ». Plus réaliste à mon avis.

Petit à petit, nous pourrons faire disparaitre les sacs, les pailles, les couverts en plastique et bien d’autres objets à usage unique.

Néanmoins, il restera toujours des déchets, c’est inévitable. Mais les réduire est primordiale et chacun d’entre nous peut agir à son échelle.

Commencer par des gestes simples

Réduire la pub dans sa boite aux lettres

Marre de recevoir des prospectus, journaux, publicités en tout genre ?

Collez un stop-pub sur votre boite aux lettres, cela vous soulagera vos poubelles de 40kg de déchets par an.

Votre mairie, certains magasins bio et épiceries en distribuent gratuitement.

Sinon, il y a des autocollants imprimables sur internet.

Refuser les sacs et bouteilles d’eau en plastique

Les sacs : il existe pas mal de solutions pour remplacer les bouteilles d’eau en plastique.

Par exemple, les sacs en tissu, toile, voire des paniers en osier (en plus c’est vintage 😁) peuvent faire l’affaire.

Ensuite, en ce qui concerne les bouteilles d’eau, saviez-vous que chaque année, un européen boit en moyenne 117L d’eau en bouteille ? il dépense entre 110€ et 220€ par an…c’est énorme !

Alors qu’il est possible de diminuer le volume de vos déchets en remplaçant les bouteilles d’eau par l’eau du robinet (coûte 2€ à l’année).

On est d’accord que le goût n’est pas tip top. Mais il est possible de la purifier. 

Pour cela, vous pouvez :  

  • Installer un filtre à charbon sur votre robinet (comptez une trentaine d’euros). Il filtre notamment les résidus de médicaments, le chlore, le plomb, le cuivre, les bactéries, les pesticides. Plus d’infos, ici.
  • Utiliser du charbon actif et le mettre dans une bouteille d’eau en verre. Plus d’infos ici. Généralement, le charbon est vendu en magasin bio par lot de 3. Il faudra débourser une vingtaine d’euros.

Préférons donc le verre au plastique. 😉

Et si on compostait ?

Selon que vous vivez en appartement ou en maison, il est possible de composter ses déchets organiques.

Pour cela, il y a le compostage (celui qui est à l’air libre, dans le jardin par exemple) et le lombricompostage dans l’appartement/maison.

D’ailleurs, j’ai justement écris un article sur le lombricompostage, elle est pas belle la vie ? Pour le lire, cliquez ici

Sinon, il existe des composts partagés. Pour en savoir plus, rapprochez vous de votre mairie.

Vous avez des poules dans votre jardin ou vous connaissez quelqu’un qui en a ? Donnez leur tous vos déchets organiques, les poules se chargent du reste.

Les déchets organiques qui ne sont pas dévorés par les poules se transformeront en compost et viendront ensuite nourrir les plantes.

On appelle ça un cercle vertueux !

Eviter le gaspillage alimentaire

Chez soi

D’après une étude lancée par Too good to go ce mois-ci , 32% des français interrogés affirment avoir moins gapillé de nourriture pendant le confinement.

Parmi eux, 21% souhaitent changer leur habitude de consommation. 🙂

Quelques règles peuvent être facilement applicables au quotidien pour éviter le gaspi :

  • Acheter seulement ce dont vous avez besoin en préparant une liste de courses.
  • Faire les courses le ventre plein; cela évitera de vous jeter sur les premières fraises tagada venues. 🤪
  • Acheter moins c’est à dire pour une semaine voire deux, pas plus. Au final, vous y verrez plus clair dans ce qui vous reste à manger et les aliments s’abimerons moins vite.
  • « à consommer de préférence avant le  » (DDM- date de durabilité minimale) : même si la date est dépassée, vous pouvez probablement toujours consommer l’aliment. Faites vous confiance : observez/sentez puis goutez. Alors, verdict ?

Chez les commerçants

Je connais 2 applications qui permettent de lutter contre le gaspillage alimentaire : Too good to go et Phenix. Ils revendent à prix cassés les invendus des commerçants (restaurants, supermarchés, boulangeries…).

A titre d’exemple, près de chez moi il y a le magasin bio La Vie Claire qui vend des fruits, légumes, céréales etc. à 3,50€ au lieu de 12€.

En plus de faire une bonne action, vous faites des économies : lors de votre inscription sur l’appli Phenix, notez le code promo zUvmLqp5. Dès votre première commande, vous allez recevoir 5€ de bon d’achat.

De quoi lutter contre le gaspillage alimentaire tout en faisant des économies !

Mettre KO le mouchoir jetable ! 💪🏻

A l’heure à laquelle j’écris cet article, nous sommes toujours en pleine pandémie du Covid19.

Je ne sais pas vous mais il y a une question qui me turlupine depuis le début de la crise : pourquoi le gouvernement nous rabâche t-il d’utiliser des mouchoirs en papier alors que l’on pourrait très bien se moucher dans des mouchoirs en tissu ? 🤨

Parce que des mouchoirs, j’en ai chez moi et à volonté. Il suffit de récupérer un vieux tee shirt, pantalon en coton, de le découper et de superposer les couches pour qu’il soit bien épais. Un peu de couture, et hop, je me fabrique en un rien de temps plusieurs mouchoirs en tissu. Ciao les mouchoirs en papier ! 

Et puis, en réutilisant mes vieux vêtements, je leur redonne une seconde vie. La boucle est bouclée : je réduis encore plus mes déchets et je fais encore plus d’économies.

Après, il est aussi possible d’acheter directement des mouchoirs prêts à l’emploi auprès de petites entreprises. Je pense notamment à « C’était mieux maintenant« .

Les protections périodiques

Sur une vie, on a nos règles en moyenne 480 fois et on dépense entre 8000€ et 23 000€…

Difficile d’avoir des montants précis parce qu’il y a plein de facteurs à prendre en compte, comme : la quantité de sang perdu et la durée des règles, les diverses consultations chez le médecin, l’achat de contraceptifs, de sous-vêtements pour remplacer les culottes tachées, les crèmes anti irritation, les ovules anti-mycoses et j’en passe. Les joies d’en bas quoi !

Lorsque l’on veut se tourner vers des protections plus respectueuses de l’environnement (et de notre corps), il faut compter en moyenne 20€ pour une coupe menstruelle, 35€ pour une culotte de règles et 15€ pour une serviette hygiénique.

On peut aussi fabriquer ses propres serviettes, culottes. Le Do it Yourself est à la mode donc vous allez trouver très facilement des tutoriels sur internet. Généralement, pas besoin de machine à coudre. Ici un tuto pour coudre une serviette hygiénique.

L’impact des protections hygiéniques sur la planète est colossal : par exemple, une serviette met jusqu’à 500 ans à se dégrader dans l’environnement (autant qu’une bouteille en plastique…😨).

Fin 2017, le géant américain Procter&Gamble et le groupe pharmaceutique italien Angelini, Fater Spa ont uni leurs forces (mais surtout leurs fortunes) pour recycler les couches et protections hygiéniques (ici, l’article en question). L’usine permet d’éviter, pour chaque tonne de déchets recyclée, l’émission de 400 kg de CO2. 

Qu’est ce que vous en pensez ? bonne ou mauvaise idée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu